0

Newsletter Mai - octobre 2017 - capgemini

A l’heure où Djantoli fête ses 10 ans, une véritable phase de bilan et de capitalisation s’ouvre pour l’association ! Afin de mettre à profit ces années d’intervention au Mali et au Burkina Faso, nous avons voulu faire le point sur l’expertise acquise – santé infantile et maternelle, accès aux soins en milieu communautaire, e-santé, renforcement des structures de santé de proximité … – pour ensuite la formaliser à travers une offre de formation externe. Une enquête préliminaire conduite par une brillante équipe d’étudiants de Sciences Po a permis de commencer à concrétiser cette démarche, deux consultantes de CAPGEMINI ont ensuite pris le relais auprès des équipes de Djantoli …

Grâce au partenariat entre ASHOKA et CAPGEMINI, Djantoli a bénéficié pour la première fois de deux missions d’expertise bénévoles pour développer cette offre de formation externe. Pour en savoir plus, nous avons interviewé les deux consultantes, Clémentine et Margaux.

Clémentine et Margaux, quel était le but de votre mission ?

Clémentine : Au départ il ne devait y avoir qu’une mission, la mienne, pour évaluer le bien-fondé d’une offre de formation que voulait mettre en place Djantoli, fort de ces 10 années d’expérience en e-santé. Le but était de voir si cette offre était viable, qui pourrait en bénéficier, quels en seraient les axes majeurs, etc. Arrivée en mai pour 3 semaines, j’ai donc entrepris des démarches pour comprendre quels étaient les besoins des partenaires et ce que l’on pouvait mettre en place. Nous avons déterminé qu’une offre de formation concernant le renforcement des structures de santé de proximité était celle que nous pouvions le mieux dispenser. Cette mission a été très enrichissante, nous nous sommes dit à CAPGEMINI que nous ne pouvions en rester là. Du coup, Margaux a été choisie pour définir le contenu et la mise en œuvre de la formation.

Margaux :  En effet,  après avoir réalisé que cette offre de formation était très demandée, il fallait concrétiser le projet et c’est que j’ai réalisé en juillet. Au final nous avons développé une offre de formation de plus de 20 heures en 5 modules qui sera dispensée dès la fin de l’année 2017 au Mali. Grâce à plusieurs entretiens avec les professionnels sur le terrain et les partenaires, nous avons formalisé toute l’expertise de Djantoli pour qu’ils puissent la dupliquer.

Vous êtes consultantes dans un leader mondial de conseil en management, comment avez-vous vécu cette parenthèse de mécénat de compétences?

Clémentine : J’en avais envie depuis bien longtemps, je consultais les offres régulièrement et lorsque j’ai vu la demande de Djantoli, je savais qu’elle était faite pour moi. Mes compétences professionnelles sont axées sur la formation et j’avais beaucoup d’intérêt pour le domaine de la e-santé… Le mécénat de compétences est un accord gagnant-gagnant : moi j’ai appris beaucoup de choses et vécu une expérience très différente de mes missions habituelles et l’association Djantoli a pu bénéficier de compétences auxquelles elle n’aurait pu recourir en interne.

Margaux : C’est un peu pareil pour moi, cela fait deux ans que je travaille pour CAPGEMINI et je trouve que l’offre de mécénat est une super idée, cela est très valorisant et nous permet de voir que ce que l’on fait dans les entreprises peut aider les associations qui aident à améliorer les choses et de manière non lucrative.

L’ensemble de l’équipe de Djantoli tient à adresser ses chaleureux remerciements à Clémentine et Margaux ! Ce travail a été, nous est et nous sera très bénéfique pour la suite. Nous testerons très bientôt ce parcours de formation enrichi en Commune 3 de Bamako au Mali, à très vite pour ces nouvelles du terrain !


Le 9 octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *