0

projet_nut2La malnutrition est très présente au Burkina Faso où l’on estime qu’elle est la cause sous-jacente de 50% des décès des jeunes enfants. Maladie souvent invisible, elle a pourtant des conséquences dévastatrices sur le développement des enfants. Djantoli a lancé en 2016 la première phase d’un projet de lutte contre la malnutrition dans les zones non-loties de la capitale burkinabè. Ce projet a été mené en partenariat étroit avec deux associations communautaires burkinabè : ADAPMI et IES Femmes. 

A Ouagadougou, on estime que 15% des enfants souffrent de malnutrition chronique. Ce taux est probablement beaucoup plus important dans les zones non-loties où l’association intervient depuis 2013. Relégué jadis aux zones rurales, le phénomène d’insécurité alimentaire touche aujourd’hui de plus en plus le milieu urbain comme en atteste une étude menée par l’IRD au Burkina Faso sur la vulnérabilité alimentaire des ménages en zone urbaine.

cibleprojetnutrition

Djantoli s’est donné comme objectif de lutter contre la malnutrition dans les quartiers de Pissy, Karpala et Zagtouli dans lesquels intervient l’association.  Trois objectifs spécifiques ont été poursuivis : (1) améliorer les connaissances et pratiques en matière nutritionnelle; (2) améliorer le suivi nutritionnel et le dépistage de la malnutrition; (3) améliorer la prise en charge dans les centres de soins partenaires.

Le projet a été un succès.  Les objectifs fixés ont tous été dépassés !

Un résumé des principaux résultats du projet :

  • 30 agents communautaires de Djantoli et des associations partenaires et 32 agents des centres de santé ont été formés à l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) afin de fournir des conseils de qualité aux familles accompagnées et prises en charge.
  • 2423 personnes ont participé à des actions d’éducation nutritionnelle collectives
  • 20 femmes particulièrement vulnérables ont participé à des parcours d’accompagnement individuel. 70% d’entre elles ont atteints les objectifs qu’elles s’étaient fixé en termes d’adoption de nouvelles pratiques grâce à l’accompagnement des agents Djantoli.
  • 688 enfants abonné au service de surveillance Djantoli
  • 34 enfants dépistés malnutris et  référés pour une prise en charge

Retrouvez les résultats détaillés du projet à travers ce diaporama !

La collaboration avec ADAPMI et IES Femmes a été essentielle pour la réussite du projet. Cela nous incite à poursuivre nos actions communes dans ce domaine, à innover en matière d’éducation nutritionnelle et à participer plus activement aux réseaux et groupes de réflexion impliqués au Burkina sur ces questions.

Redécouvrez le projet en image à travers cette vidéo réalisée par les bénévoles de Follow Her :

Ce projet a reçu le soutien financier de la fondation Bel, de la fondation Masalina et du Groupe SOS Jeunesse. Nous les remercions ici chaleureusement pour leur confiance.

Le 28 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *