Projets au Burkina Faso

Capture d’écran 2014-06-23 à 10.33.45

Le Burkina Faso est un des pays les plus pauvres de la planète et fait partie des 10 pays les moins développés du monde. 1 enfant sur 6 n’y atteint pas ses 5 ans, et 60% de ces décès sont dus aux infections respiratoires, aux maladies diarrhéiques, au paludisme et à la rougeole. De plus, le taux de malnutrition des enfants y est très important. L’offre de soins n’y est pourtant pas inexistante : le pays compte plus de 1500 dispensaires délivrant des soins de proximité, qui devraient avoir la capacité de prendre en charge ces maladies. Cependant, le manque de moyens financiers des familles, le faible niveau d’éducation (le taux d’alphabétisation des adultes est de 28%), mais également le mauvais accueil souvent réservé aux patients et la faible qualité de soins dispensée dans ces centres sont autant de barrières qui freinent encore l’accès effectif des populations à des soins de qualité.

Djantoli y est présente depuis novembre 2013. Après plusieurs mois passés à analyser le contexte sanitaire, à rencontrer les acteurs, à nouer des partenariats avec les autorités et à définir la forme de l’intervention, l’équipe a lancé un premier projet mi-2014 à Ouagadougou. En 2015, l’association prévoit d’étendre ses activités à Ouagadougou et devrait lancer un nouveau projet dans la ville secondaire de Fada.

Projet à OuagadougouA Ouagadougou

Depuis 2014, Djantoli agit dans les quartiers périphériques de la capitale. Le service est actuellement déployé à Pissy, Karpala et Zagtouli. Situés en périphérie de la ville, ces quartiers connaissent une expansion incontrôlée du fait de l’exode rural important que connaît le pays. Les populations y vivent dans des conditions économiques précaires et sont particulièrement vulnérables sur le plan sanitaire.

Pour un abonnement mensuel de 700F (1€) par enfant et par mois, les familles peuvent désormais bénéficier d’un service leur donnant droit à des visites toutes les deux semaines à la maison ou sur le lieu de travail de la mère, et de 80% de réduction sur les frais médicaux auprès des 3 centres de santé partenaires du programme : le CSPS du secteur 12 et le CSPS du secteur 51 et le CSPS de Zagtouli.

Djantoli a également mis en place des partenariats avec des institutions de microfinance locales, la MUFEDE et ACFIME, permettant aux mères qui inscrivent leurs enfants au service de s’acquitter de leur cotisation mensuelle au travers de programmes de micro-épargne et de micro-crédit.

Aujourd’hui, Djantoli emploie 7 salariés et suit près de 500 enfants.

Projet à FadaA Fada

En décembre 2015, l’association a lancé son service dans la ville de Fada N’Gourma, située à 220 kilomètres de la capitale, dans l’est du pays. Elle y travaillera aujourd’hui en partenariat avec 2 centres de santé locaux (Fada 11 et Fada 7), et se donne pour objectif de suivre 850 enfants dans 4 quatre quartiers d’ici fin 2017. Ce projet, financé par l’Agence Française de Développement, est mené en partenariat avec l’ONG française GRET.

Cette note est également disponible en: Anglais